Bilan d’un week-end spécialBilan d’un week-end spécial

Vendredi, pour la Saint Valentin, j’avais décidé de proposer l’ebook Pour un oui, pour un nom gratuitement sur Amazon, histoire de lui donner un peu de visibilité. Je voulais tester le système et mesurer l’impact de ce genre de promotion. J’avoue que je ne m’attendais pas à un tel résultat ! En fin d’opération, j’ai découvert avec stupeur qu’en une simple journée, j’avais gagné autant de lecteurs que dans les trois derniers mois ! Bien sûr j’attendais un score plus élevé, car j’ai pensé qu’en offrant le roman, les lecteurs n’hésiteraient pas. Je n’ai pas été surprise de voir la courbe des ventes monter plus que d’habitude, mais quand j’ai vu le chiffre affiché, je n’en croyais pas mes yeux : il était exactement le total de mes ventes de novembre, décembre et janvier ! Sans doute un hasard, mais c’était percutant. C’est ce qui m’a encouragée à regarder le classement. Et là, nouvelle stupéfaction : le roman s’est hissé à la 9e place pour la littérature sentimentale et à la 31e place sur le classement total des gratuits !

Jusque là, j’avais flirté une ou deux fois avec l’entrée au top 100, sans plus de conséquences. En m’autoéditant, j’avais accepté le fait que la seule publicité dont je bénéficierais serait celle que je pourrais me faire. J’en avais conclu que mes classements ne seraient pas mirobolants, ce qui permet de se libérer d’éventuels coups de stress liés aux résultats. Pour moi, chaque livre vendu signifie un lecteur de plus et peut-être qu’un jour mes objectifs changeront, mais pour le moment, je me réjouis chaque fois qu’une personne me contacte après la lecture pour me dire “J’ai passé un bon moment”. Cette simple phrase est la reconnaissance qui me touche le plus !

Le résultat de vendredi, même s’il ne s’agit que d’une journée m’a démontré deux choses : tout d’abord, j’ai une petite idée de la fourchette de ventes journalières qu’il faut réaliser pour y parvenir (alors que jusque-là j’étais dans le flou) et deuxièmement, ces classements sont aussi changeants que la météo anglaise ! Pour conclure : je suis contente d’avoir eu toutes ces réponses, encore plus heureuse des nouveaux lecteurs et je crois que je vais continuer mon chemin tranquillement, sans me focaliser sur les chiffres, les maths n’ont jamais été mon point fort…

Et pour la petite histoire, au moment où j’ai découvert ces classements qui, vu ce que je viens d’écrire se sont aussitôt envolés, j’ai été particulièrement touchée de voir le numéro 31, c’est mon département, la Haute-Garonne ! Je remarque ce genre d’analogies depuis toute petite, je sais qu’elles ne sont dues qu’au hasard, mais j’aime bien les souligner.

Le lendemain, samedi, j’étais en dédicaces à Blagnac, près de Toulouse. Pour cette première séance en magasin, j’ai choisi un lieu familier puisque j’ai travaillé plus de dix ans dans cette ville, je connais ce centre commercial comme ma poche et j’espérais y croiser des connaissances. Je n’ai pas été déçue : des collègues sont venus me saluer, des élèves (!!!) et des amis, merci à tous. Commercialement parlant, le responsable du magasin m’a avoué que la journée était plutôt calme pour un samedi, sans doute parce que c’est le milieu des vacances scolaires et que la météo est clémente. De mon côté, j’ai vendu deux fois plus que lors de mon dernier salon du livre, je considère donc cette journée comme un succès.

Mais ce n’est pas le volet commercial qui m’a marquée, ce sont les rencontres ! Outres les connaissances qui m’ont rendu visite, j’ai rencontré de vrais passionnés de lecture que je suis parfois allée débusquer dans les rayons et ça valait le coup. J’ai échangé avec des personnes d’âges très variés, les discussions étaient riches, passionnantes ! C’était d’autant plus savoureux qu’entre deux échanges littéraires, j’ai dû indiquer le rayon téléphonie ou tout simplement expliquer que, non, je ne pouvais pas ouvrir une caisse puisque je ne suis pas employée du magasin… Ces moments privilégiés avec des lecteurs potentiels, ou futurs lecteurs pour ceux qui m’ont fait confiance, m’ont donné une idée que j’aimerais développer, mais il est trop tôt pour l’évoquer.

Dimanche est donc le jour de sortie, une petite balade (en Haute-Garonne) qui remet au maximum la jauge d’énergie. Et surtout, c’est journée écriture ! Me voilà de retour en dystopie. Ce roman qui a vu le jour voilà plus de vingt ans déjoue tellement mes pronostics que je ne me risquerais plus à donner une approximation pour la date de sortie, mais je n’ai jamais été aussi proche du point final !! Je vous en dirai plus dès que j’aurai fini le premier jet.

Vous aimez ? Partagez !