Bilan du challenge de novembreBilan du challenge de novembre

C’est sans suspense que j’annonce que je suis loin de l’objectif que je m’étais fixé : 24 671 mots au lieu de 40 000. Mais l’aspect positif c’est que tout en écrivant, j’ai procédé à des corrections sur mon prochain roman, grâce à ma relectrice préférée (comprenez ma maman). Et bientôt, je serai en mesure de communiquer la date de sortie, au cours du premier trimestre 2021. Je vous en dirai plus lors d’un futur post.

Revenons au challenge. J’avais décidé de réitérer, car en avril, il m’avait permis de me focaliser sur un manuscrit et de le finir peu après. J’espérais que l’un de mes projets s’imposerait et que ce petit défi me guiderait dans mon choix. Mais cela n’a pas été cas : j’ai écrit sur deux histoires complètement différentes, en fonction de l’humeur du jour.

Ainsi, j’ai pu avancer un projet fantasy de longue date qui me tient à cœur et dont je vous parlerais plus en détail dans un prochain article. J’ai aussi travaillé sur ma dystopie (celle que j’avais évoquée l’an dernier dans cet article : Mon prochain roman | Mily Roquefort) et qui aurait dû devenir mon deuxième roman. Je n’ai donc cessé de passer d’un univers à l’autre. C’était une gymnastique amusante, mais j’ai perdu beaucoup de temps à me relire pour me remettre dans le bain et ne pas commettre d’erreurs.

J’en ai tiré une conclusion importante : la méthode qui me convient le mieux consiste à choisir un manuscrit et m’y plonger, et non à m’éparpiller sur plusieurs. Cela semble assez simple, mais comme j’ai toujours eu plusieurs histoires en parallèle, j’avais l’habitude de passer de l’une à l’autre. L’idée du challenge c’est de vivre en accéléré ce qui pourrait normalement prendre des mois, et en un laps de temps si court, j’ai pris conscience de ces évidences…

La dernière information importante que j’ai déduite de cette expérience c’est que j’aime avoir des projets, fonctionner avec l’adrénaline de la date limite… Il se pourrait bien que je réitère ce genre de défi !